fbpx

Selector idioma


smart
residents

Dans notre premier numéro du magazine inMAG
Nous avons rendu visite à José Luis et Rosana dans leur domicile inHAUS à Valence.
Ils nous racontent comment ils ont réalisé la maison de leurs rêves
et leur expérience tout au long du processus.

Bonjour, que faites-vous dans la vie ?
José Luis (JL): Nous avons une entreprise de peinture.

José Luis (JL): Nous vivions dans un appartement et avons décidé que nous voulions vivre dans une maison plus grande sur notre propre terrain. Nous avons été soumis au temps qui s’écoule entre la vente de notre appartement et le transfert dans la nouvelle maison. inHAUS nous a offert une présentation rapide du projet, des dates d’exécution parfaitement définies et des projets de maisons qui nous ont plu.
Rosana (R) : Nous avons deux jeunes enfants et nous voulions leur offrir de l’espace, du confort, pour profiter du temps en famille au maximum. L’agilité du système inHAUS a été le point moteur de notre choix.

Revenons dans le temps … comment est-ce que tout a commencé ? Pourquoi avez-vous pris la décision de contacter inHAUS ?
JL: Lorsque nous avons décidé d’effectuer le changement à moyen terme, nous avons cherché un terrain qui nous plaisait et nous l’avons acheté. À partir de là, nous avons commencé à chercher quel type de projet pourrait nous convenir et nous n’avions rien décidé, nous n’avions rien trouvé de convainquant. C’est ma femme qui s’informait et cherchait à connaître l’entreprise inHAUS. J’ai aimé l’idée et je suis allé à la journée portes ouvertes (JPO) pour visiter l’usine.
R: Au début, c’était quelque chose de bizarre à faire parce que nous n’y étions pas habitués, personne n’avait fait la maison comme ça … et quand nous sommes allés à l’usine, nous avons adoré.
JL: J’ai eu des doutes. À cause de mon travail, je suis très impliqué dans les travaux, dans les visites de maisons et quand j’ai vu la manière de travailler dans l’usine, c’est ce qui m’a le plus convaincu. Tout était si mécanisé, tellement professionnalisé et tellement … contrôlé.

Quand nous sommes allés à l’usine, nous avons adoré. Nous sommes tombés sous le charme.

Vous vous êtes inscrit à la JPO sans savoir ce que vous alliez trouver … comment s’est passé ce jour-là ? Étiez-vous seul ou avec les enfants?
R: Nous étions tous les deux seuls et nous avons rencontré une partie de l’équipe. Nous avons adoré la façon dont ils nous ont tout expliqué. À la fin de la journée, nous sommes restés pour discuter du projet avec l’un des architectes. Elle nous a aidés à canaliser l’idée et nous a montré comment le rendre possible.
JL: J’étais assez réticent, j’y suis allé ce jour-là vraiment parce que ma femme insistait (rires) et parce que j’étais curieux de voir de quoi il s’agissait. Mais finalement, nous sommes sortis de là tous les deux convaincus.

Et quand vous avez quitté la JPO, qu’avez-vous ressenti ? S’agissait-il d’un engouement du moment ?
R: Oui, tout a été très clair. Il y a eut des doutes mais plus tard, Nuria, l’architecte qui nous a accompagné tout au long du processus, a pris soin de les éliminer et nous a proposé des choses très sympas.

En ce qui concerne l’idée de la maison, vous avez commencé avec le modèle Alcudia, comment l’avez-vous personnalisé ensuite ?
R: Exactement, à un moment donné, Nuria nous a installés à la maison (elle a fait un dessin avec ses mains) et c’est la maison telle qu’elle existe maintenant.
JL: Le jour de JPO, nous lui avons montré la parcelle et elle nous a dessiné l’implantation. Après cela, d’autres idées ont été vues mais c’est finalement la première configuration qui est restée.

Et puis, quand l’idée était complètement intégrée, vous décidez d’aller de l’avant … ils vous présentent Esther, comment se passe l’expérience du développement de projet ? La phase de concrétisation, le choix des matériaux, …
R: C’était très fluide. En une matinée, nous avons décidé de presque tout. Nous avions tout très clair, nous étions bien d’accord (un regard est jeté dans lequel la complicité entre eux est palpable).
JL: Le style que nous aimons est celui qu’inHAUS, nous avons donc décidé de tous les détails en un temps record.

Toute l’équipe est très sympathique et vous accompagne dans vos illusions.

Ok, alors vous avez tout le projet développé, vous avez déjà des licences et vous commencez à construire votre maison … comment est ce moment où vous recevez la nouvelle : “votre maison va entrer dans l’usine”?
R: L’attente était suspendue à notre désir, nous n’habitions plus dans notre maison précédente, nous l’avions déjà vendue.
JL: Le choc a été quand ils nous ont envoyé une première photo de la maison dans laquelle on pouvait voir la structure, c’était incroyable.
R: Nous sommes allés la voir à l’usine alors que la structure était encore seule et nous avons ressenti une émotion inexplicable. Nous sommes allés avec les enfants et c’était très émouvant. C’était un très beau moment que nous avons eu.

Vous avez déjà la maison, elle est en cours de fabrication … et José Luis, vous êtes allé voir la maison à l’usine sans Rosana, comment vous sentez-vous ?
JL: Il est très frappant de voir toutes les personnes qui travaillent sur la maison et juste une anecdote, quand j’ai raconté ma viste à ma femme (il regarde Rosana), je luis transmis tellement de confiance qu’elle a dit: “Je ne veux même pas aller la voir, je veux la voir quand ils l’apporteront”. Donc, il l’a vu à l’état de structure et 2-3 mois après, la maison a été livrée.
R: Ils nous ont dit beaucoup que la maison de l’usine n’avait pas de lumière naturelle et qu’elle s’animait quand ils la placaient dans sa destination finale. Alors, comme j’aime être surprise je me suis dit pourquoi aller la voir dans l’usine…

Le jour de l’implantation, vous étiez très ému, avec les enfants qui ne sont pas allés à l’école, comment les avez-vous préparés? Comment leur avez-vous dit “demain, ta maison arrive en camion”? …
JL: Ce n’est pas que nous lui en avons parlé, c’est qu’ils étaient au courant de l’ensemble du processus, le petit pas beaucoup, mais le plus âgé nous a demandé: «combien de temps reste-t-il avant que la maison vienne ? Presque tous les jours, nous passions devant la parcelle et disions «bientôt ils l’apporteront». Il connaissait déjà les dates…
R: Nous voulions qu’il vive avec nous tout le processus. Et en novembre, nous devions tous le recevoir ensemble.

Le jour de l’implantation, c’était comment ?
R: Une fête. Mes parents, leurs parents, les enfants, tous ensemble … C’était très beau. Vous ne pouvez pas expliquer avec des mots ce que vous ressentez. Un sentiment de ce que vous rêvez tant, vous voulez l’avoir déjà là … Vous ne pouvez pas y croire et en même temps vous l’appréciez beaucoup.
JL: Mon fils, comme nous l’avions fait partie de tout le processus, quand il est entré, il était super nerveux, il a commencé à sauter et à toucher tous les murs, à les caresser, et il a dit beaucoup de bêtises … les nerfs, et nous avons dit ‘tais-toi, détends-toi …’
R: C’était très intime, avec la bouteille de champagne … toute l’équipe était très proche et excitée comme nous. C’était très beau, vraiment.

Et avec le recul ?
JL: Eh bien, depuis que nous avons pris la décision de changer de maison, de vendre l’appartement, … nous y avons longuement réfléchi, car ne sommes pas du genre à agir sur un coup de tête, du temps s’écoule puis que vous décidez de vendre votre maison dans laquelle sont nés vos enfants, à laquelle vous êtes déjà attachés. Puis, vous achetez la parcelle … au bout du compte, passez quelques années et voyez que notre rêve est devenu réalité en très peu de temps, c’est une grande joie.

Et au jour le jour, votre sentiment dans la maison … on dit parfois qu’il existe un sentiment d’être dans une maison préfabriquée … avez-vous eu ce sentiment ?
R: Ce qui nous surprend beaucoup, c’est que, quand vous dites aux gens avant leur arrivée qu’ils sont préfabriqués, ils vous le demandent, mais qu’est-ce que c’est ? Du bois? »Alors ils sont surpris quand ils le voient. Ce n’est pas ce qu’ils avaient imaginé du tout. Ce sont les commérages de la région, tous ceux qui passaient, qui demandaient tous … nous ressemblions à des publicités de la société.
JL: Nous avons reçu 30 à 40 appels nous demandant le nom de l’entreprise.
R: C’était très frappant pour nous, mais pour les gens, encore plus il me semble.
JL: Tout le monde dit la même chose, parce que vous leur dites qu’ils vous l’ont déjà apporté, mais personne ne l’imagine parce que cela ressemble à une maison traditionnelle. Vous ne remarquez pas la différence.
R: Ils adorent ça, il faut tout expliquer parce que ça les surprend. Tout le monde aime beaucoup.
JL: Il y a un détail que j’aimerais ajouter. Nous avons été très frappés par le fait que nous sommes allés signer la dernière étape chez le notaire, la fin du chantier, nous marchions avec le notaire et il a dit: «C’est finalement fini, hein?, Le cauchemar est terminé, hein? et nous avons dit “pourquoi?”, il a répondu “qu’est-ce que tu es nerveux? Je ne connais personne qui n’ait pas construit de maison et ne vienne pas ici avec la dépression. ‘ “Eh bien, nous ne savions pas la vérité” et il a terminé “parce que vous êtes le premier”.

Si c’était à refaire … le referiez-vous ?
Ils répondent à l’unisson … “oui, oui, bien sûr”. Et Rosana ajoute: “nous n’aurions aucun doute”.

Nous avons terminé l’interview en partageant avec vous l’un des moments les plus excitants du processus, l’implantation de la maison de Rosana et de José Luis.

Video Thumbnailsmart residents Dans notre premier numéro du magazine inMAG Nous avons rendu visite à José Luis et Rosana dans leur domicile inHAUS à Valence. Ils nous racontent comment ils ont réalisé la maison de leurs rêves et leur expérience tout au long du processus. Bonjour, que faites-vous dans la vie ? José